Ze site cliquez sur le logo pour revenir au sommaire des coulisses de la série

 

 

---

Animeland n° 24
Amélie MORIN

Portrait de voix

Ce mois-ci nous sommes très heureux de vous présenter une des plus grandes voix du doublage.
Amélie MORIN a bercé une génération entière dans le rôle de Candy et vous l'entendez encore aujourd'hui dans Sailor Moon par exemple.
Non Contente d'une voxographie bien remplie, elle a su diversifier pleinement son activité de comédienne. Elle nous dévoile son grand parcours

---


Animeland
:
Amélie Morin, Bonjour ! Commençons par le commencement : comment êtes vous arrivez dans le métier du doublage ?

Amélie MORINAmélie MORIN : J'étais à Montréal, car j'ai grandi au Canada, et mes parents dirigeaient une société de doublage. Un jour que j'allais chercher ma mère au travail, le directeur de plateau a voulu m'engager pour doubler une nouvelle série. Pourtant à l'époque, je voulais être coiffeuse ou plutôt (surtout) me démarquer de ma famille, où tout le monde était comédien. On a quand même essayé de me convaincre et j'ai fait quelques essais lamentables d'ailleurs, mais j'ai été prise pour le rôle. Finalement ça s'est très bien passé et tout est parti de là, le théâtre; la télé, etc.

AL : Ensuite vous avez pris des cours et suivi le circuit normal ?

AM : J'ai pris des cours mais avec des professeurs particuliers. Je n'ai fait ni le Conservatoire, ni l'École Nationale. Toute mon adolescence, j'ai mont" des pièces de théâtre avec un groupe que l'on avait baptisé "les audacieux", comme quoi je voulais quand même bien faire ce métier ! Plus tard, quand je me suis mise a travailler, ce fut la même chose : je n'ai rien fait pour continuer dans cette voie, c'est le métier qui est venu à moi. Quand ensuite je suis arrivée en France, je ne connaissais personne ; j'avais doublé les premiers épisodes de Candy à Montréal, et la comédienne qui la doublait en France, Sylvie MARGOLLÉ, s'est mariée avec un américain et est partie vivre aux États Unis. Les clients ont su que j'étais à Paris et c'est ainsi que j'ai démarré dans le doublage

AL : Au Canada, doubliez-vous avec l'accent ?

AM : Pas du tout ! Mes parents sont d'origine française. Quand j'étais a l'extérieur, j'avais un accent québécois mais à la maison, non

AL : Parallèlement au doublage, vous avez eu une longue carrière de chanteuse dans les années 80. Nos lecteurs les plus âgés se souviennent sûrement de "J'étais venue pour dire bonjour". Pouvez-vous nous raconter cette belle aventure ?

AM : C'est aussi un concours de circonstances ! Mon frère aîné avait une société de publicité à Montréal et il était très ami avec Gérard MANSET (bien connu dans le milieu musical). Un jour mon frère est venu dans son studio d'enregistrement pour faire des jingles et il m'a recruté pour chanter 2 ou 3 pubs (j'avais déjà fait de la comédie musicale au Canada). Or ce jour-là passait au studio un auteur / compositeur, Jean Yves LULEY qui recherchait une voix de fille pour son album. Il avait auditionné à peu près toutes les choristes de Paris mais n'avait pas trouvé ce qu'il voulait. L'ingénieur du son qui m'avait entendu chanter le matin m'avait invitée à rester pour faire un essai, et ça a marché ! Du coup, ils ont insisté pour qu'on travaille ensemble et pour m'écrire un album. A l'époque, je n'avais pas encore commencé le doublage. Nous avons travaillé durant plusieurs mois pour préparer une maquette d'une douzaine de titres, puis cet enregistrement est tombé entre les mains d'un éditeur, producteur de BASHUNG et Marie-Paule BELLE qui a complètement craqué ! Enfin après un petit peaufinage, c'est Phonogram qui a craqué pour l'album. Ils ont tout racheté et je suis devenue une "artiste maison". Ce fut alors le tube en 1981 du 45 tours "J'étais venue pour dire bonjour". Ce succès est arrivé très vite, je n'en revenais pas !

AL : Combien de disques avez vous sorti ?

AM : Deux albums (dont nous avons extrait de nombreux 45 tours) : J'étais venue pour dire bonjour et Drôle de dream, un second que nous avons enregistré avec la même équipe. Il m'a surtout permis d'avoir enfin un matériel assez consistant pour faire de la scène. J'ai fait le Forum des Halles, le Printemps de Bourges, etc. Puis la vie a fait que j'ai légèrement décroché  de la chanson pour ne plus me consacrer qu'au doublage.

AL : Actuellement, vous n'avez plus de projets de chansons ?

AM : Si, j'ai douze titres qui sont déjà sous forme de maquette, donc il n'est pas dit que je ne refasse pas de la scène... Mais il reste encore beaucoup de travail avant que cela n'aboutisse, côté producteurs, maisons de disques, etc.

AL : Pour en revenir au doublage, vous confie-t-on souvent les mêmes rôles ?

AM : En général, je double ce qu'on me demande. J'ai quand même plus de facilité pour les petites filles ou les femmes jusqu'à 20/25 ans. Mais j'ai fait des rôles très variés; de Wargames à Dune pour ne citer que les plus connus.

AL : Quel est le rôle que vous avez préféré ?

AM : J'ai beaucoup aimé une comédie musicale qui s'appelait Annie. J'interprétais toutes les chansons. Ce fut un travail hallucinant surtout au niveau chant. Heureusement, nous avions eu beaucoup de temps pour le faire avec un très grand directeur artistique, et j'en garde un très bon souvenir.

AL : Sur certains vieux disques d'histoires de Candy, on vous appelle Brigitte au lieu d'Amélie. Était-ce une erreur ?

AM : Non, en fait c'est un de mes prénoms. Mais quand j'ai sorti mon premier album, Brigitte MORIN; ça ne sonnait pas très bien donc on a opté pour ce second prénom.

AL : Vous avez une petite fille de sept ans, que dit-elle lorsqu'elle regarde un dessin animé que vous avez doublé ?

AM : C'est naturel pour elle vu qu'elle m'a toujours entendue. Quelquefois, elle m'appelle : "Maman, c'est toi qui fait la fille rouge, là ! Je t'ai entendue !" Je ne pense pas qu'elle se vante auprès de ses copines, du moins pour l'instant car elle est trop petite ! Peut être qu'un jour elle dira "Ma mère, c'est Candy !"

AL : Dernièrement a été réalisé un remake de Candy. Si on vous demandait , vous reprendriez le rôle ?

AM : Ah oui, complètement ! Ça m'amuserait beaucoup !

Voxographie

Candy Candy
Mathilda, Camille Sailor Moon
Laura Le collège fou fou fou
Daphnée Les entrechats
Mme Hudson Sherlock Holmes
Mimi Cracra Mimi Cracra
Lucie Les Minipouss
Manu, Fanny Max et Compagnie
Charlotte (1ère voix)  Juliette je t'aime
Lana Conan fils du futur
 Joy Bouba
Jolimy Les Moomins
 Sophie Sophie et Virginie
Blitzy Le maître des Bots
 Patty Doug
Naftaline Naftaline
 Kagerô Ninja Scroll
Anne-Sophie Le bus magique
Charlotte Charlotte aux fraises
Dot Dot et le kangourou
o

A participé à : Oui-oui, l'oiseau du bonheur, les Popples, Denis la malice, les petits malins, Ulysse 31, Budjy le petit hélicoptère, la vie des Botes

AL : Et quel sont vos loisirs ?

AM : Le vélo, surtout VTT, beaucoup de sport, natation, patin à glace (car j'ai fait du patinage artistique jusqu'aux championnats à Montréal), la lecture évidemment car je suis une vraie morfale de bouquins (en ce moment je lis beaucoup sur les anges).

AL : Merci beaucoup

Interview réalisé par Olivier et Pascal
Ces informations sont issues de l'excellentissime mensuel Animeland n° 24 - Juillet/Août 1996

Retour en haut

Tous copyrights © 1981 DIC-TMS-FR3 / Saban. Le contenu de ce site est régit par le code de la propriété intellectuelle